Les musiques célèbres, mais rares dans les discothèques

Non Par
Les musiques célèbres, mais rares dans les discothèques

Pendant les périodes estivales où les différentes grandes manifestations de musiques, les morceaux que les DJ passent sont souvent étrangers à ce qu’on entend habituellement dans les officiels. Certaines discothèques se réservent même le cas de toujours imprimer ces ambiances uniques dans leurs locaux. Quels sont ces sons qui font tant de succès et qui commencent actuellement à prendre de la place dans les répertoires ?

La trance

La trance est un courant issu de la techno apparu en Allemagne en 1992. L’esprit de ce mouvement musical est que la musique et la danse peuvent altérer la perception sensorielle de l’auditeur et le plonger dans un état de transe. Musicalement, tous les éléments sont mis en oeuvre pour y parvenir : rythme très rapide, accélération des BPM, séquences répétitives, mélodies synthétiques et planantes. Il existe cependant une variété de trance très minimaliste dont les caractéristiques ne se traduisent pas forcément par des rythmes hyper rapides (label Eye-Qnotamment). Au même moment à Goa, ancienne colonie portugaise au sud de Bombay apparaît une autre trance avec une dimension plus philosophique liée au lieu et à ses visiteurs du monde entier en quête de sens qui y trouveront un support à leurs besoins spirituels. Appelée trancegoa ou trance psychédélique, elle est plus rapide que la trance « classique », les basses sont sensiblement plus fortes, on y retrouve le son acide de la TB 303 accompagnée le plus souvent de mélodies et chants mystiques hindous avec des morceaux assez longs, entre 6 et 9 minutes, souvent entrecoupés par un break. Sur le plan culturel, la trancegoa est d’une manière générale plus underground et moins commerciale que d’autres styles de trance. On a davantage de chances d’entendre le son Goa en rave-party,à des fêtes en plein air et dans des festivals que dans les clubs.

Le Hardcore, le Hardtek et le Tribe

Le hardcore constitue un versant extrême de la techno avec un rythme beaucoup plus rapide mais surtout un son plus appuyé dans les basses. C’est une version dure, rapide et industrielle de la techno et ce genre a explosé dans les raves, rassemblant un très grand nombre d’adeptes. Ce phénomène s’explique par la sensation de défoulement qu’il procure au travers de la danse. On peut ajouter que le hardcore véhicule un esprit rebelle qui s’exprime par une musique déstructurée sans pour autant générer de la violence lors des rassemblements !La hardtek est aussi un genre de musique techno, rapide et festif mais sans les sonorités industrielles plombant davantage l’atmosphère… La hardtek reste un style underground en ce sens qu’il ne peut pas être normalisé cartrop agressif, qu’il ne figure pas sur les ondes et qu’il est mal compris du grand public… il vient également en réaction à la techno commerciale de plus en plus envahissante dans les médias !Aux côtés du hardcore, hardtek, la musique tribe a sa place dans les free party mais elle se démarque des autres par une vitesse très élevée, couplée à des sonorités moins dures, plus rondes.