Revue de la tendance des discothèques

Non Par
Revue de la tendance des discothèques

Les musiques house et techno ont rapidement pris le meilleur sur les autres rythmes, typiques ou authentiques, dans les discothèques. De nombreuses habitudes initiées par le monde du rock, courant et largement dominant jusqu’alors tendent à disparaitre peu à peu des répertoires, et même des préférences des fêtards. Il est significatif qu’au cours des années 1990, l’apparition de différents styles issus de cet élan ainsi que des courants plus anciens et précurseurs sous la bannière de « musiques électroniques » est observée. Le paysage musical est, à partir de cette époque, bouleversé durablement, et c’est d’ailleurs la résultante principale des discothèques en ce moment.

Le fruit du renouveau technologique

Les musiques jouées dans les discothèques dans le moderne est avant tout fruit du renouveau technologique dans la conception artistique des artistes. Elles privilégient en effet l’utilisation des synthétiseurs, des boîtes à rythmes, des samplers et des ordinateurs au dépend des chants et des instruments physiques à part entière. De modestes home studios amateurs, loin des studios professionnels sophistiqués arrivent donc à produire des sons qui intéressent plus d’uns. Au gré de l’apparition de ces nouvelles technologies sur le marché, certains artistes se lancent ainsi dans la composition de nouveaux courants musicaux. L’orientation principale reste la production de rythme très vivant et très dynamique qui convient bien aux discothèques, et surtout pour les danseurs et les férus de fêtes nocturnes.

Les plus apportés par les DJ

La réforme des techniques utilisées dans les musiques révolutionnaires contribue à l’apparition d’un nouveau personnage clé dans les discothèques, les DJ.La création de rythme, mais aussi mixage parfait chaque morceau, de différents types et de rythmes est de son entière responsabilité. C’est au Jamaïque des années 1960 jusqu’aux clubs de disco à la fin des années 1970, puis avec son rôle central dans la musique rap des années 1980 que les DJ ont pu officialisé leur place dans les plus grands salons de défoulement musicaux.

Les pratiques sociales qui s’en suivent contribuent également à l’instauration totale de ce personnage dans les musiques discothèques. Les DJ trouvent davantage de faveur dès l’apparition des pratiques festives du night-clubbing qui sont des héritages vivants des ambiances disco et funk des années 70 et 80. Les nouveaux rythmes comme le house ne sont que des plus considérables. La naissance du free party, fêtes spontanées, sauvages, libertaires, organisées en dehors des espaces officiels réservés contribuent encore plus aux nouvelles pratiques musicales favorables aux DJ.Ces derniers tirent toujours profit de la musique techno pour faire durer les fêtes toute la nuit, et plus longtemps encore, au-delà même des fermetures des discothèques.

Par ailleurs, les jeunes apprécient particulièrement l’ambiance imprimée par les DJ. De plus en plus d’entre eux se lancent même dans ce domaine considéré comme un métier à part entière. La définition des discothèques et des night-clubbing est même figée par cette tendance. Les DJ de renoms sont les principales attractions du public. Le répertoire n’apporte plus que peu de valeur,le savoir-faire des DJ conditionne actuellement la popularité des adresses de ce type.